L’histoire du chocolat

Le cacao au temps des Mayas et des Aztèques

L’état actuel de la recherche historique et archéologique indique qu’il est très probable que la domestication et transformation du cacao aient été initiées par des groupes des basses terres du sud du Mexique (les Mokayas) et du Golfe du Mexique (les Olmèques), au moins vers 1750 avant J.C. Ce sont ensuite les Mayas qui ont contribué à son développement, puis les Aztèques l’ont intégré à leur culture. Le cacao a structuré la vie économique, sociale, religieuse et culturelle des civilisations mésoaméricaines.

chocolat chez les Aztèques : « xocolatl » chez les Mayas : « chocolhà »

Graphe
choco_pour2

Comment était-il consommé ?

A l’origine le cacao était consommé sous forme de boisson chocolatée. Au tout début, cette boisson était simplement le résultat de la fermentation des fèves. Puis la boisson devint plus élaborée : les fèves étaient grillées et broyées, la pâte obtenue était mélangée avec de l’eau, puis on chauffait et on battait fortement afin d’obtenir un liquide moussant. On pouvait rajouter différents ingrédients comme du maïs, poivre, fleurs, miel, piment, vanille, fleur de cacao, etc. La boisson obtenue était très énergétique, amère et piquante. Le chocolat était servi dans des calebasses qui pouvaient être peintes.

Tout un rituel !

Le cacao, « ka’kaw » chez les mayas, était connu comme « nourriture des Dieux », ce qui a donné son nom scientifique « théobroma cacao L. » (en grec). Il avait donc une profonde signification symbolique. En effet, pour les Mayas, le cacaoyer appartenait aux dieux et les cabosses qui se formaient sur son tronc étaient un cadeau des dieux pour les hommes. On consommait du chocolat pendant les fêtes et les cérémonies, mais il était uniquement réservé aux dignitaires, à la noblesse et aux guerriers. Ainsi, chez les Mayas, pendant les festivités qui précédaient la semence du cacao, on buvait du chocolat en l’honneur d’Ek Chuah, le dieu maya du cacao et des commerçants. Lors de cette fête on sacrifiait des animaux pour demander en échange une bonne récolte.

Le cacao : un produit de valeur

Etant donné que la culture du cacao était restreinte à des espaces géographiques limités, le cacao avait une forte valeur économique et était considéré comme un produit de valeur. Les Aztèques, qui devaient importer le cacao des basses terres mayas, ont contribué ainsi à l’augmentation de sa valeur et au développement des réseaux commerciaux. Par ailleurs, les fèves de cacao étaient utilisées également comme monnaie.

images

La conquête :

Lors de l’arrivée des Espagnols, la région du Soconusco avait été conquise par les Aztèques et intégrée à leur empire, constituant ainsi une très grande richesse pour celui-ci. Après la conquête du Mexique par Cortés, le cacao fait son apparition à la Cour d’Espagne et remporte un vif succès, ce qui lui vaut d’être exporté vers toute l’Europe. La consommation du chocolat va alors connaître une évolution majeure : les Européens vont le consommer en tablettes.
Il convient également de noter que la population indigène de Méso-Amérique a été décimée par les épidémies importées par les Espagnols, les massacres pendant la conquête et par une exploitation sauvage.

(Source : Revista de la UNAM http://www.revista.unam.mx/vol.12/num4/art38/#up)

HPIM9663

Le site archéologique d’Izapa

Entre -500 et +250 la ville d’Izapa devient le centre régional le plus important de la région de Soconusco. Son développement est directement lié à la culture du cacao, mais également à sa situation privilégiée qui lui a permis de contrôler les importants réseaux commerciaux. La ville présentait une trame urbaine couvrant 127 hectares, avec dix grandes places et de nombreuses pyramides et temples. La ville comptait une population de plusieurs milliers d’habitants. Sur ce site a été découvert un grand nombre de stèles et d’autels sculptés de bas-reliefs dont la finalité était l’exhibition publique de thèmes religieux et politiques.
(Source : INAH)